The influence of Joan Robinson on Economic thinking

 

The influence of Joan Robinson on Economic thinking

From Adam Smith to nowadays, most contributors to economic theory were men. Now that gender equality is an important issue in society, diversity is more present. For instance, Elinor Ostrom was the first female economist who received the Nobel Memorial Prize in economics in 2009 for her work in economic governance. Despite a lack of women in the history of economic thought – at least independently from their husbands, it is possible to find some strong female figures who participated in the shape of today’s economics. Joan Robinson is one of them. She was one of the leading figures of the Post-Keynesian economists and one of the members of the Keynes’ advisor group.

She became famous when she published her book The Economics of Imperfect competition in 1933. With Edward Chamberlin, she is part of an economist generation who criticised the widespread view of perfect competition and developed an imperfect competition model. Robinson’s work, together with Chamberlin’s, shifted the traditional Smith’s perspective that monopoly is in opposition with competition, to a model in which each firm in an industry behaves like a monopolist. This way, it was possible to reconcile an idea of competition with increasing returns to scale in an industry.

Robinson and Chamberlin did not work together – Robinson was based in Cambridge
England, while Chamberlin was based in America, mainly in Harvard where he did his PhD – but their ideas were very similar. They both considered an individual firm as a monopolist for the good they produce in competition with firms producing close substitutes. Then, they thought that free entry in a market implied a decrease in prices until profits were equal to zero. Thus, they concluded that the equilibrium meant marginal revenue equals marginal cost, and average revenue equals average cost. However, Robinson made some original contributions compared to Chamberlin; she is particularly remembered for her concept of monopsony, which is a market with only one buyer. In this framework, she showed that a worker was earning a wage lower than the value of his marginal product. Furthermore, she studied the case where a monopolist sell the same good in two different markets. She demonstrated that when setting prices, the firm would put a higher price in the market with the most inelastic demand.

 

TheInfluenceOfJoanRobinson_2A monopsony is a market with only one buyer. For example, there may be only one firm offering employment in an area. In this case, the wage will be below the marginal cost for the supplier, i.e the worker.

 

Her work on imperfect competition is a major contribution to the history of economic thought. Moreover, in the 1930s, Robinson was part of the Keynes’ advisory group on the General Theory. It was a gathering of prominent economists – such as James Meade, who won the Nobel Memorial Prize in economics in 1977 – who criticised Keynes’ previous theories and discussed new ideas for the constitution of the General Theory. In addition to her participation in this group, Robinson published a lot of academic papers to explain ideas that she thought were not clear, despite the publication of her book. As such, she became one of the main figures of Post-Keynesian economists. Even in the 1940s when she started exploring Marx theories, she interpreted his work along the lines of Keynes’ ideas.

Nevertheless, at the end of her life, she developed controversial views, supporting Maoist
China and North Korea. It appears that these ideas are the main reason why she did not
receive a Nobel Memorial Prize in economics in 1975. Indeed, this year, she was considered by the selection committee of the Prize and several economists thought she would be chosen. It is interesting to notice that, in the case of Joan Robinson, the obtention of the Prize was not directly related to the fact that she was a woman, even though there was much speculation on why exactly she did not receive it.

Her controversial ideas are often highlighted, as well as her strong character; for instance, when she thought someone was wasting her time with useless ideas, she stopped listening and it was then really hard to convince her. Concerning the latter, there are two hypothetical consequences related to it. According to Assar Lindbeck, a member of the selection committee for the Prize in 1975, the committee was afraid that either she would reject the Prize, or she would accept it to use this legitimization as a tool to attack mainstream economics. A friend of Joan Robinson, Geoff Harcourt – an Australian economist – gave another point of view: he thought it was more a matter of “international” relationships. Indeed, for him, Sweden and Great Britain did not treat well their respective economists – he thought British academia did not receive very well the ideas of Wicksell, a Sweden economist from the end of XIXth century and beginning of XXth century – so the Nobel committee was not so prone to award a British economist. According to Harcourt, when analysing the typical profile of British economists honoured by the Economic Prize, discrimination became almost obvious. Awarded British had to be more widely recognised, praised and with easy-going personalities than required from others nationalities; Joan Robinson, with her strong ideas, did not fit these requirements. Another reason proposed to explain why Robinson did not won the Prize was that the committee wanted to reward her for her work on imperfect competition. However, she published her book in 1933, and in 1975 – the year her candidature was discussed – she had repudiated these ideas. As it was the main corpus on which the committee wanted to reward her for, they removed her from the list of potential candidates. Once again, this shows that her work on imperfect competition was one of the most recognised economic contributions.

This lack of Nobel Prize in her curriculum vitae does not seem to be a problem for her
recognition among her peers. Her work, especially on imperfect competition, is part of
today’s economics, as well as her contributions to Keynes ideas. Then, one can say that she was a great economist, and one of the most powerful female economists of her century.

 

by Louise Damade

THE (UNDER)REPRESENTATION OF WOMEN IN ECONOMICS

The(under)representationOfWomenInEconomics

 

The Nobel Memorial Prize in Economic Sciences was awarded this year to Esther Duflo and two other researchers for their work on global poverty reduction. The prize was first established in 1968, and only one woman, Elinor Ostrom, had previously been awarded in economic sciences.

In the workplace, men and women should be considered equivalent in terms of rights, benefits, obligations and opportunities. Sad to relate, in all fields of economics, women represent 19% of the workforce on average worldwide. We must ask ourselves: why do we have so few women in economics? Why is it a problem? And how can we bridge this gender gap ?

 

Why are there so few women in economics ?

Over recent years, economists have slowly started to develop an interest in the gender gap in the economic field. Data has shown the existence of a « leaky pipeline »: women struggle to advance in economics, they face barriers in publishing, promotion and tenure, and appear to be sideline the more they try to progress. In the US in 2017, according to the CSWEP – Committee on the Status of Women in the Economics Profession, new PhD students in economics were approximately 33% females, falling to 29% for assistant professors, to 23% for tenured associate professors and to 14% for full professors. Similarly, if we take a closer look at the top 300 institutions in terms of research output, we see that they have few female researchers. This confirms the existence of a leaky pipeline, but it does not explain its damage.

In 2017, Alice Wu received a lot of attention when she published her working paper about an American professional forum dedicated to the higher education job market. She exposed sexist comments and gender stereotypes underwent by women economists. The thirty words most associated with conversation about women are disrupting: “hot”, “pregnant”, “slut”, “prostitute”, “dated”, … And the list is catastrophic. But on the male side, the trend is much different: “adviser”, “prepare”, “mathematician”, “goals”, … This scandal, largely related by newspapers, led to many reports of women in economics experiencing inappropriate behavior in job interviews, seminars, meetings and conferences.

Gender gap applies to all fields of science, but it is almost double in economics than in the others. In universities, only about 20% to 30% of undergraduate students in economics are female. A study published in 2006 found that they start introductory economics courses being more skeptical about the subject than men, and the difference increases between the start and the end of the course, despite no differences in their performance.

Moreover, if we examine shares of paper by gender composition, we see that in economics, women publish on average less papers than men. Economists have studied this difference and have shown that women are held to higher editorial standards than men in economics. Besides, women are 17% less likely to get tenure than men with similar publication records, which shows that their publications do not count fully for their promotion.

These higher expectations also occur in student evaluations of female teachers. In economics and business, student evaluations of courses are systematically worse for women teachers than those for men, and these poor evaluations can affect tenure decisions.

Capture

 

Why is the underrepresentation of women in economics a problem ?

As executive director of the Washington State Investment Board, Theresa Whitmarsh is one of very few women to wield a big influence in her industry. At the World Economic Forum Annual Meeting in 2014, she said: « If you exclude 50% of the talent pool, it’s no wonder you find yourself in a war for talent ». Women are not totally excluded from economics, but the rate is very low. Theresa Whitmarsh pointed out the fateful consequence of women’s underrepresentation in economics: universities and firms lose potential employees.

Moreover, a study has shown that topics favoured by women in research are different than those favoured by men: women are more attracted by health, education and welfare than by macroeconomics and monetary economics. It has shown that male economists were more skeptical of regulation and high minimum wages, and less likely to favour redistribution, than women were. Therefore the low rate of women in economics implies less research in those topics, and less investment in them, which could lead to a non-optimisation of policy decisions.

 

What can be done ?

Gender gap in economists will not disappear naturally. It is in favour of the common good to raise the rate of women in economics, and actions can be done.

Collecting information and building solidarity is the first step to mend the leaky pipeline. The International Association for Feminist Economics has tried to collect data to understand the problem so it can be solved. One of the solutions is to support early-career pipeline and mentoring programmes; their goal is to help participants to develop skills and networks. The CSWEP sponsors these types of programmes, and economists have studied its effectiveness and report that the mentoring program had a positive effect on a number of professional outcomes, such as the number of publications.

Some economists also think that the way the subject is presented to undergraduate students should be revised. Economics are taught most of the time in a lecture format, but it has been shown that active learning increases exam scores and decreases failure rates relative to traditional lecturing, with particular benefit for women in male-dominated fields. Additionally, universities are starting to create programmes that give support to women. For instance, Harvard has created its Undergraduate Women in Economics Challenge, an initiative to encourage more undergraduate women to major in economics.

Finally, the hardest thing to remove is implicit and institutional barriers. The glass ceiling is everywhere at anytime, and universities and employers have to change their behaviour to ensure representation of women in economics. A lot can be done: removing identifiers in university exams, committing to fair and relevant admissions or hiring criteria, collecting more evidence on candidates’ competencies, scrutinizing the drop-out rate of female undergraduates, using nudges, … Some interventions are easier than others. For example, studies show that having more female teachers and female professors in universities is a powerful encouragement for women seeking postgraduate positions. But if the number of women in universities could be easily raised, the problem would already have been solved.

To conclude, underrepresentation of women in economics is not a female problem, it is an economic problem. As Lael Brainard, a member of the US Federal Reserve’s Board of Governors, said, women and men should start to bring « diversity in the economics profession in order to help policy makers make better decisions in promoting a healthier economy ». We have to continue to recognise the problem, measure it objectively and find solutions. To all the actual and future female economists that are reading this article, one final comment: Go Girls!

 

by Alice Crolard 

 

References

Emmanuelle Auriol, Guido Friebel, Sascha Wilhem,  Women in European Economics, 04-2019

Kasey Buckles, University of Notre Dame, NBER and IZA, Fixing the Leaky Pipeline: Strategies for making economics work or women at every stage, 2019

Amanda Bayer, Cecilia Elena Rouse, Diversity in the economics profession: new attack on an old problem, 2016

Anne Boring, Soledad Zignano, Economics: where are the women ? Banque de France, 03-07-2018

https://blocnotesdeleco.banque-france.fr/en/blog-entry/economics-where-are-women

Donna Ginther, Women and economics, The Economist, 19-01-2017

https://www.economist.com/christmas-specials/2017/12/19/women-and-economics

Peter Vanham, To woman on a mission to close the gender gap in Finance, Forbes, 20-01-2016

https://www.forbes.com/sites/worldeconomicforum/2016/01/20/the-woman-on-a-mission-to-close-the-gender-gap-in-finance/#4dc399fb6abe

Inès Goncalves Rapaso. A few good (wo)men – on the representation of women in economics,  Bruegel, 15-01-2018

https://bruegel.org/2018/01/a-few-good-women-on-the-representation-of-women-in-economics/

 

Le patrimoine culturel en France : les dangers des modes de gestion non optimaux

CaptureAlors que nous assistions, impuissants, à l’incendie ravageant la Cathédrale Notre-Dame-de-Paris en avril 2019, un débat abordé depuis longtemps par les spécialistes est revenu sur la scène politique : la question des modes de gestion du patrimoine culturel français, et notamment du patrimoine religieux.

Comment équilibrer les recettes générées par le tourisme culturel avec les coûts d’entretien de bâtiments parfois âgés de plusieurs siècles ?

Cet article revient sur le mode actuel de gestion du patrimoine français, et plus particulièrement du patrimoine religieux, ainsi que sur les innovations proposées par l’actuel gouvernement ainsi que par des professionnels et engagés dans ce secteur.

Retour sur la définition de patrimoine

Il convient de faire un petit point sur la définition de patrimoine, ainsi que sur la distinction entre propriétaires publics et propriétaires privés.

La notion de patrimoine culturel est définie par l’article L1 du code du patrimoine comme « l’ensemble des biens, immobiliers ou mobiliers, relevant de la propriété publique ou privée, qui présentent un intérêt historique, artistique, archéologique, esthétique, scientifique ou technique ». Pour ce qui est des édifices de cultes, le régime de soumission diffère selon la période d’édification du lieu de culte. Les biens du clergé qui, en 1789, ont été constitués « Biens de la Nation », sont propriétés de personnes publiques. La loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905 prescrivait le transfert des biens mobiliers et immobiliers religieux à des associations cultuelles constituées et a été complétée par la loi de 1908 préconisant la prise des droits de propriété des édifices cultuels par les communes s’ils ne sont ni restitués, ni revendiqué dans un délai légal. L’Eglise catholique ayant refusé la constitution d’associations cultuelles, les édifices religieux catholiques – représentant la quasi-totalité des édifices religieux en France – construits avant 1905 appartiennent donc à des personnes publiques. Le plus souvent, les cathédrales sont propriétés de l’Etat, tandis que les chapelles et les églises sont propriétés des communes (ce régime ne s’applique ni à l’Alsace-Moselle – sous le régime du Concordat – ni à la Guyane, à Mayotte et à Saint-Pierre-et-Miquelon). Les lieux de culte construits ou acquis après 1905 relèvent du régime de propriété privée pour les personnes privées, et du domaine privé pour les personnes publiques. Il revient aux propriétaires, publics ou privés, d’effectuer les travaux nécessaires à l’entretien et à la conservation de leur patrimoine culturel.

Par ailleurs, les éléments du patrimoine culturel – public ou privé – peuvent être « inscrits » ou « classés » comme « monuments historiques », ce qui leur assure une certaine protection légale. L’Etat peut financer les travaux d’entretien jusqu’à 25% – pour les monuments inscrits – ou 50% – pour les monuments classés. Environ 72% de ces monuments historiques sont des habitations (châteaux, manoirs, villas, …) ou des édifices religieux.

Capture2

Le problème du financement de l’entretien et de la conservation du patrimoine culturel

Le patrimoine culturel peut bien évidemment être source de revenus importants pour les personnes publiques, soit directement – droits d’entrée, dons de particuliers, … – soit indirectement – création d’emplois, impôts directs ou indirects, taxes de séjour, … Il est donc important pour elles de valoriser au maximum leurs atouts. Malheureusement, c’est chose difficile pour certaines collectivités territoriales, pour qui les coûts surpassent parfois les produits.

En effet, la difficulté de financer l’entretien et la conservation du patrimoine culturel et des monuments historiques est de plus en plus soulevée. Pour les collectivités territoriales, qui détiennent environ 50% des monuments historiques, les fonds qu’elles doivent souvent se procurer par elles-mêmes, sont parfois difficiles à trouver. De plus, si les travaux sont à la charge des propriétaires privés de patrimoine, les fonds publics sont souvent sollicités. Les personnes publiques – en particulier les collectivités – ont du mal à s’en sortir, et sont même parfois tentées de vendre ou de détruire certains de leurs biens. Il en résulte que certains éléments du patrimoine se trouvent en situation de péril. La mission Stéphane Bern, créée en partenariat avec la Fondation du Patrimoine et confiée par Emmanuel Macron à Stéphane Bern en 2018, visant à récolter des fonds pour la sauvegarde du patrimoine, a recensé quelques 3500 signalements sur les 44 000 biens répertoriés comme monuments historiques. Parmi les projets jugés prioritaires, la grande majorité se trouvent dans des territoires ruraux ou sont gérés par de petites communes.

Le problème souvent mis en avant est que, dans des régions reculées ou en zone rurale, il peut être difficile d’attirer beaucoup de visiteurs. Si la France est le pays qui attire le plus de touristes, ils ne sont pas également répartis sur le territoire. Certains endroits comme Paris ou le sud de la France sont très prisés, quand d’autres sont délaissés.

Des prises d’initiatives par le gouvernement et les élus locaux

Avec environ 85% de la population vivant dans des communes de 10 000 habitants ou moins, le gouvernement actuel semble avoir conscience que le patrimoine français n’est pas uniquement constitué des biens des grandes métropoles, et propose donc des initiatives. Le projet de loi de finances pour 2018 présente une hausse des crédits pour les monuments historiques, ainsi que la création d’un fond d’aide à la rénovation de 15 millions d’euros pour les collectivités territoriales à faibles ressources. Le projet de loi de finance pour 2019 reste sur le budget moyen annuel alloué à la culture de 10 milliards d’euros – avec toutefois une augmentation de 17 millions d’euros. Par ailleurs, par le biais de la première édition du loto du patrimoine organisé par la Mission Stéphane Bern en partenariat avec la Française des Jeux en 2018, 22 millions d’euros avaient été récoltés pour la restauration de 269 monuments en péril. Le loto du patrimoine a été reconduit le 14 juillet 2019 et le sera en septembre 2019, lors des Journées Européennes du Patrimoine. En parallèle, on observe une volonté de démocratisation de la culture, notamment auprès des jeunes. Le Ministère de la Culture porte le projet du Pass Culture, une application gratuite qui relaie les activités culturelles et artistiques à proximité, et permet l’octroi sur demande d’une enveloppe de 500 euros aux jeunes de 18 ans à dépenser sur ce Pass – spectacles, visites, …

Des efforts encourageants, mais pour certains des réformes plus en profondeur sont nécessaires

Les initiatives du gouvernement sont louables mais seraient insuffisantes en terme de besoin financiers. Certains appellent à encourager les fonds privés pour sauver le patrimoine. La Mission Stéphane Bern en est un exemple.  Par ailleurs des régimes juridiques comme le bail emphytéotique administratif, qui confie la jouissance par une personne publique – qui en reste propriétaire – d’un bien à une personne privée, pourraient stimuler les recettes liées au tourisme et permettrait donc de mieux amortir les coûts. Le château de Versailles, par exemple, devrait prochainement accueillir un hôtel ainsi qu’un restaurant gastronomique. D’autres comme Marie-Hélène Jouzeau, directrice du Musée du château des Ducs à Nantes, dénonce un système de gratuité croissante qui, en plus de limiter les recettes, serait peu efficace pour démocratiser l’accès à la culture. En effet, si le nombre de visiteurs d’un monument augmente, cela peut être davantage parce que les habitués s’y rendent plus souvent, que par un élargissement de son public. L’impact réel de la gratuité est difficile à évaluer.

Conclusion

La conservation du patrimoine français est un sujet complexe. Il est empreint de la vision européenne de la valeur d’un bien culturel souvent liée à son authenticité – contrairement à l’Asie de l’Est par exemple, où beaucoup de monuments japonais sont traditionnellement souvent reconstruits, et où la plupart des monuments chinois que l’on peut visiter aujourd’hui ont été intégralement reconstruits dans le courant du XXème siècle. Ce soucis d’authenticité peut faire de la rénovation une tâche délicate. Néanmoins, il existe des solutions pour sauver le patrimoine, et notamment le patrimoine des petites villes, de la ruine ou de la destruction. Prendre conscience de l’état actuel du patrimoine est un premier pas. Il nous reste à déterminer la suite du chemin.

Par Rose Mba Mébiame

 

References:

https://www.missionbern.fr/

https://www.patrimoine-religieux.fr

Cariou André, Jouzeau Marie-Helene, Etes-vous pour ou contre la gratuité au musée ?, Ouest France, 26.09.2013

Zunz, Stephen, Sauver le patrimoine historique grâce au financement privé ?, Contrepoints, 16.04.2019

La Zone Euro est-elle une zone monétaire optimale?

Au sein du continent européen, l’existence de la Zone Euro offre la possibilité d’effectuer des transactions à l’aide d’une devise commune à 19 pays. Avec les récents problèmes des crises de la dette de certains États membres, le scepticisme autour de l’union monétaire s’est accru cette dernière décennie. Cela alimente le débat économique autour des régimes de taux de change.

Les deux options s’offrant à un État, le taux de change fixe ou le taux flottant, présentent chacune leurs avantages et leurs inconvénients. Dans le cas d’un régime de change fixe, les coûts des transactions commerciales ou des investissements sont réduits. Pour des pays qui échangent beaucoup entre eux cela peut être d’une importance considérable. Un second avantage est la facilité pour les agents économiques de faire des prévisions sur les cours de change. Au contraire, l’incertitude autour des fluctuations d’une devise flottante peut s’avérer problématique (réduction des investissements directs et des échanges).

En contrepartie, un État qui adopte un taux de change fixe se voit dans l’obligation d’accumuler des réserves de devises étrangères, en particulier si des forces poussent la monnaie nationale à se déprécier. L’autre problème important est la perte d’indépendance de la politique monétaire, laquelle devient conditionnée au maintien de la stabilité du taux de change.

Dès lors, il semble légitime de se demander si, dans le cas européen, les dix-neuf pays qui ont décidé de passer à l’étape ultime qu’est l’union monétaire tirent vraiment parti de cette intégration monétaire.

Une théorie influente

La théorie économique des zones monétaires optimales (optimum currency areas) a été développée par Robert Mundell, Robert McKinnon et Peter Kenen dans les années 1960. Elle apporte un éclairage intéressant sur les raisons justifiant l’adoption d’une monnaie commune. Essentiellement, cette théorie établit qu’une zone monétaire considérée comme optimale (ZMO) est telle que les coûts des chocs asymétriques sur l’économie y sont minimisés. Par choc asymétrique, on entend ici un facteur externe qui vient affecter différemment deux régions, soit l’une positivement et l’autre négativement. Six critères, trois de nature économique et trois d’ordre politique, permettent d’établir ce qui fait d’une union monétaire une ZMO.

Le premier critère fait référence à la mobilité des travailleurs. Il est développé par Robert Mundell, premier auteur à formuler la notion de ZMO. Au sein des États membres d’une telle union, la facilité de déplacer les facteurs de production permettrait de contrer plus efficacement les chocs asymétriques. Par exemple, la réallocation des facteurs d’un pays où sévit le chômage vers un autre où l’inflation est forte aurait un effet positif pour les deux membres.

Pour sa part, Robert McKinnon considère que des États très ouverts au commerce et effectuant beaucoup d’échanges entre eux forment une ZMO. Le raisonnement tient au fait que, lorsque deux pays échangent beaucoup, les prix des biens, qu’ils soient domestiques ou étrangers, finissent par devenir équivalents. En d’autres termes, les prix sont plus flexibles de sorte qu’un changement de taux de change n’a presque aucun effet sur la compétitivité. Dans ce cas, l’adoption d’une monnaie commune ne restreint pas vraiment l’indépendance de la politique monétaire.

Le critère établi par Kenen touche quant à lui à la diversification de la production. Son idée peut se résumer assez simplement : une économie qui repose essentiellement sur un unique secteur d’activité serait plus susceptible de souffrir d’un choc asymétrique. L’exemple des pays africains riches en ressources naturelles, au sein desquels l’essentiel de la production repose sur l’extraction de ces ressources, semble être une bonne illustration de ce propos. Une chute du prix du pétrole, affecterait par exemple négativement les membres de l’OPEP alors que les autres pays verraient leurs coûts de transport réduits, créant ainsi un choc asymétrique. Ce choc sera de faible importance dans des États pour lesquels la production s’étend sur un plus large éventail de domaines et dans lesquels l’économie est d’une structure similaire.

Les trois autres critères pour définir une ZMO sont de nature politique et sont proposés par Richard Baldwin et Charles Wiplosz. En premier lieu, les membres de l’union monétaire se doivent de compenser financièrement leurs partenaires lorsqu’ils sont dans le besoin. Autrement dit, les membres connaissant un boom économique inflationniste peuvent transférer des fonds aux pays en récession, fonds qui contribueront à redresser l’économie de ces derniers.

Par ailleurs, il n’existe pas vraiment de manière unique de réagir aux variations soudaines de l’économie. Certains pays vont préférer favoriser les exportateurs en optant pour un taux de change faible alors que d’autres viendront en aide aux consommateurs en haussant leur pouvoir d’achat. Il est donc nécessaire, au sein d’une union monétaire, de faire en sorte que les différents membres s’entendent sur la politique monétaire à adopter.

Enfin, le dernier critère concerne l’intégration politique entre les membres. Si il est normal que les conséquences des chocs économiques (même s’ils sont symétriques) créent des tensions politiques entre les membres, ces derniers doivent toutefois être en mesure d’accepter les coûts générés par les fluctuations économiques au nom d’une «destinée commune».

La Zone Euro, remplit bien deux de ces six critères (diversification et ouverture) mais semble particulièrement échouer sur le critère relatif à la mobilité des travailleurs. En effet, dans presque tous les pays de l’UE (la Belgique faisant ici cas d’exception), la proportion d’immigrants en provenance d’autres pays membres est faible par rapport au nombre total d’immigrants. C’est donc dire que peu d’Européens profitent de l’opportunité que leur offre le marché commun de se déplacer librement entre les frontières. L’union monétaire ne remplit pas non plus les conditions nécessaires à un système de transfert fiscal adéquat.

Par ailleurs, les critères politiques, moins faciles à évaluer, ne permettent pas de tirer de conclusion tranchée quant aux bénéfices de l’intégration monétaire. C’est justement ce manque de potentiel analytique qui explique pourquoi cette théorie a perdu en popularité dès la fin des années 1980. En particulier, les auteurs du rapport «One Money, One Market» (1990) estiment que les bénéfices de l’intégration monétaire sont fortement sous-estimés par les critères de la théorie des ZMO.

Vers une «nouvelle» théorie des ZMO

Bien que la «vieille» théorie de Mundell, McKinnon et Kenen soit difficile à évaluer, leurs critères restent encore étudiés aujourd’hui. Avec les progrès de l’économétrie et de l’accessibilité des données, certains critères ont pu être testés empiriquement. Une seconde vague d’intérêt pour l’étude de l’union monétaire européenne dans les années 1970 a redirigé le consensus vers les avantages visibles de l’intégration économique du continent.

Tel qu’espéré, l’adoption de la monnaie commune a effectivement conduit à une intensification des échanges commerciaux entre les États membres. Les études sur le sujet tendent à confirmer que les échanges bilatéraux ont crû de 5 à 10% de plus parmi les membres de la Zone Euro que parmi les pays qui n’en font pas partie dans la décennie suivant l’adoption de la devise. Par ailleurs, l’Euro a également stimulé le commerce avec des États en dehors de la zone.

En termes d’intégration économique, les évidences empiriques démontrent que la hausse des investissements directs étrangers (IDE) et celle du nombre de fusions et d’acquisitions d’entreprises dans la Zone sont attribuables à l’adoption de la monnaie commune. En outre, l’intégration monétaire aurait entraîné une hausse d’environ 50% des IDE dans le secteur manufacturier.

L’un des avantages indéniables de l’existence de l’euro demeure son statut de seconde devise de référence dans le monde. Grâce à l’intérêt de plusieurs pays pour la devise, l’euro a des cours relativement stables et subit donc peu de fluctuations importantes qui pourraient avoir des effets néfastes sur l’investissement. La Banque Centrale Européenne jouit par ailleurs d’une grande crédibilité à l’international et parvient à stabiliser l’inflation dans une région où les situations nationales sont pourtant hétérogènes.

Ainsi, bien que la Zone Euro ne satisfasse pas tous les critères de la théorie des ZMO, elle demeure une union monétaire qui fonctionne et qui a su bénéficier des avantages d’une plus grande intégration économique. Faire partie d’une union monétaire peut donc être bénéfique pour chacun des États Européens. Par ailleurs, ces bénéfices s’observent ailleurs. Prenons l’exemple de la Californie : ce sont probablement les avantages de l’intégration dans la zone monétaire du dollar américain qui expliquent que, malgré une croissance économique différente de celle du reste des États-Unis dans son histoire récente, l’État n’ait jamais vraiment pensé à adopter sa propre devise. Face à la montée des partis « séparatistes » en Europe, il semble ainsi important de rappeler que l’intégration monétaire présente certains avantages auxquels le retour aux monnaies nationales mettrait un terme …

par Sébastien Montpetit

Populism in the internet age

After decades of promise, the internet is finally starting to transform politics, just not in the way that we would have expected. In the ‘90s, digital prophets were riding a wave of optimism for our online future. The internet presented the chance to bring people together and to create e-citizens, who are more informed and open-minded. However, now, the internet is an overwhelming mess of contradictory facts and claims, misinformation, and propaganda. So, the main question becomes, who benefits from this, and in particular what role does populist politics have to play in the current chaos of the internet world.

In the internet world, Twitter is a news agency where populists can claim their hostile chants of “fake news”. In fact, there are no longer dominant information suppliers, with e-citizens not even paying attention to those that are propagating the message anymore. The consequence is that all sources now compete equally, regardless of their reputation or their factual basis. In her essay, “The weakness of truth”, the French philosopher Myriam Revault d’Allonnes touches on a structural change between truth and lies, saying that we are in a ‘post-truth era’. In this era, facts become a matter of opinion and the ground-truth narrative that allowed a discussion of the world common to all of us is threatened. Populist politicians who play with duelling narratives and public opinion are the primary beneficiaries of this new era where the truth becomes secondary.

TrumpIn the internet world, 40% of the population has a Facebook account, and this is a tool for populists’ opinions to appear as having a consensus. The societal impact of information is based on how many users are receptive to it. Research shows that by repeating ideas enough, listeners start to believe it. In 2016, Donald Trump’s digital campaigners understood this new structure of information was spreading. They bought domain names en masse, added pro-Trump articles on them, and used ‘bots’ – an automated account that is programmed to look like people – to leverage information. The goal of this operation was to make Trump and his ideas appear as having consensus on social media. Then, the internet became a strong instrument in a political campaign, as the one of Trump, to legitimise artificially populist opinions.

In the internet world, social media seem to be linked with populist’s aims, which are to destroy our collective institutions. In his book “The Revolt of the Public”, Martin Gurri proposes that the ultimate effect of social media is undermining collective credibility around public institutions, such as the government or the press. Populist politicians benefit and exacerbate this undermining. In France, for example, Marine Le Pen, the leader of the French far-right party, continues to stir up the idea that France’s leaders govern against citizens’ interests, and against the country itself. When Emmanuel Macron signed the Aix-la-Chapelle treaty, Le Pen claimed that the president was looking to cede Alsace to Germany. In reality, the treaty’s aim was to reinforce transnational cooperation. This situation shows that successful politicians may be now those who stir up various forms of hysteria and populist rhetoric, rather than the one who promote a collective project to improve our society.

However, in the internet world, political power grows out of the screen of a smartphone and populists could not be the only ones who can benefit from it. We can still hope that this world would give us a new generation of political talent, a new way of political commitment, or even new forms of exercising politics.

by Arthur Dinhof